• Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Je me présente et je brise le silence
#1
Bonjour à toutes et tous,

J'ai conscience que c'est difficile de faire le premier pas et de parler de ce que l'on a vécu.
Cette horreur qui est l'inceste...
Alors, je me lance et espère vraiment que mon témoignage vous encouragera à parler.
Je m'appelle Marie Laure mais tout le monde m'appelle Marilou.
J'ai 42 ans, suis mariée et suis maman de 2 garçons qui sont adultes aujourd'hui.
Je suis la fondatrice de l'association d'aide aux victimes de violences sexuelles Parole et Résilience et j'ai été victime d'inceste.
Mon bourreau pendant 6 ans était mon père... 

Je suis restée dans le déni pendant très longtemps. J’ai vécu plusieurs décennies avec ce mal profond.
Fin adolescence, j’ai commencé à développer des troubles obsessionnels compulsifs très handicapants et puis en parallèle, des phobies et une anorexie. Je ne me suis pas fait soigner à l’époque car je pensais pouvoir m’en sortir seule. En plus j’avais honte et je voulais garder mon horrible secret. Aujourd’hui, je le regrette et je me demande comment, j’ai bien pu vivre ou survivre durant tout ce temps sans me faire aider. Il y a quelques années, j’ai fini par basculé dans l’horreur….
Je travaillais pour le service soins d’un ehpad. J’aimais mon métier, mais quelques temps avant mon arrêt maladie, je me sentais sombrer. C’est un public fragile et moi aussi je suis fragile…. Le rythme est soutenu, moralement et physiquement, je commençais à perdre pied. 
Mes phobies et mes TOC étaient de plus en plus présents. J’avais le sentiment d’être une mauvaise soignante, je pleurais tous les jours et un jour, mon corps m’a arrêté…
Toujours dans le déni, j’étais persuadée que ma douleur était dû à une maladie (j’avais un ulcère à l’estomac et ma tension fessait le yoyo). Après avoir soigné le corps, j’ai refusé le diagnostic de dépression du médecin pendant plus de 2 mois.
J’étais tellement mal dans ma peau et dans ma tête que j’ai eu envie de mourir…
Une amie m’a parlé d’une aide psychologique possible et gratuite au centre médicaux psychologique dans ma ville. J’ai eu de la chance car j’ai pu avoir un rendez-vous avec une psychologue assez rapidement.  Après de nombreuses séances, beaucoup de travail, de larmes, de colère, d’angoisses, je me suis sentie mieux. 
Certes mon vécu reste le même, mais maintenant, je suis dans la résilience.
Une chose m’a toujours manqué, c’est de pouvoir parler, échanger, avec d’autres personnes qui avaient subi la même chose que moi et qui meurtries dans leur chair comprenaient ce que je ressentais. 
Merci de m'avoir lu.
Bien à vous.
  Répondre
#2
Quel courage vous avez ...
  Répondre
#3
(06-16-2020, 04:36 PM)Maia64 a écrit : Quel courage vous avez ...
Désolé de répondre si tard mais votre message ne m'a pas était signalé ou il c'est perdu quelque part. 
Merci Maia64 mais je suis loin d'être courageuse...
Aujourd'hui je vais bien et je suis résiliente, c'est pour cela que j'ai créé cette association, car le chemin est long, semé de souffrances et de doutes mais à plusieurs on est plus fort. Pendant ma thérapie, j'ai ressenti le besoin de partager ce que j'avais vécu, avec des personnes qui pourraient me comprendre dans leur chair et malheureusement, pas de groupes de parole autour de chez moi.
Alors je me suis dit quand je serais en capacité de la faire, je créerais une association pour aider les aux victimes. Et voilà, nous y sommes Wink 
Je parle, je parle..... Et vous, vous avez une histoire à me raconter ?
  Répondre


Atteindre :


Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)